Nous parle de son personnage

 

L'interview de l'auteur


" Phil Traère " est une série qui devrait rapidement séduire rapidement les motards qui ont montré qu'ils étaient friands de BD faites " pour eux "…
Désert : le public moto et le public BD se rejoignent souvent. Tous les amateurs de bande dessinée ne sont pas motards, mais les motards sont amateurs de BD. Les motards sont une catégorie de passionnées. Tout ce qui touche à la moto les intéresse : casquettes, briquets,… BD ! Seul impératif : sonner juste et authentique. Bref, être motard et connaître la moto. Ce public n'est pas un public sectaire. Dans le même esprit, il peut aimer les vieilles motos le dimanche et rouler sur une machine moderne le lundi. C'est le cas de Phil Traère. Il s'intéresse à tout. Il n'y a pas pléthore de BD destinées aux motards (10 titres maximum). En France, il y a plus de 800.000 motards. Plus ceux qui en rêvent…

Alors que le premier album n'est pas encore paru, Phil Traère, grâce à " Moto Légende ", est déjà connu d'une multitude de fans de motos ?
Désert : en effet, les gags sont déjà parus et vont continuer à paraître dans le mensuel : " Moto Légende ". De 80.000 à 100.000 lecteurs ont déjà croisé la tête de " Phil Traère ". " Moto légende " organise plusieurs manifestations sportives ou salons motos. En particulier, le plus grand rassemblement de motos historiques d'Europe à Montlhéry, en mai. J'y serai à chaque fois présent, afin de répandre la bonne parole de " Phil Traère " (rires). Ceci dit, j'aime le ton de ce journal. On y trouve de belles mécaniques. Quelque part, c'est l'univers de " Phil Traère ". C'est aussi plus " famille ", moins " branché ". Phil n'est pas sensible aux phénomènes de mode. Pourtant, mes planches ne sont pas particulièrement typées " moto ancienne ", et si on en trouve, c'est que cela rejoint mes goûts personnels, et la qualité de mécano de Phil.

Existent-ils des points communs entre " Phil Traère " et " Joe Bar Team " ?
Désert : le dessinateur Bar˛ et moi avons le même âge, donc les mêmes influences. Il a grandi avec Spirou, Franquin et Agostini ; moi aussi ! Nous avons également en commun d'avoir choisi la moto, un dessin " gros nez ", et de traiter plutôt sous la forme de gags, mais je ne vois pas d'autres points communs. Sauf sans doute une certaine dérision et un goût pour les belles machines…

Quelle est la spécificité de " Phil Traère " dans le monde de la " BD moto " ?
Désert : Phil Traère est un personnage unique, il ne s'inscrit pas un groupe où chacun est d'égale importance. Les amis de Phil sont interchangeables. Comme pour les motos, il y a une grosse rotation. La vedette, c'est lui. Phil est mécano, mais c'est une occupation très souple. Il peut être livreur dans un gag et traverser le désert dans un autre. Il n'est pas enfermé dans un canevas prévis. La série " Phil Traère " ne cultive pas le mythe de la vitesse. Son credo est plutôt la belle mécanique, les belles formes. Le style d'humour est très accessible aux non-motards.

S'il fallait définir la série en quelques mots ?
Désert : Phil est un prince nonchalant du bitume. C'est un calme, un artisan, aux joies simples, amateurs de belles formes. C'est à mon avis une série où les dialogues sont aussi importants que les dessins. J'y mets beaucoup de mon univers. N'ayant pas suivi de cours de dessin, je suis un autodidacte total. Mon dessin est le fruit de mes lectures. On n'invente rien, on transforme. Mais, au-delà des dessinateurs, je suis un mordu des ambiances, des textes, des personnages " à la Audiard ". Je suis beaucoup plus " Tontons flingueurs " que " Rock'n roll ". Lino Ventura, Bernard Blier et Francis Blanche l'emportent sur Elvis Presley et Bruce Springsteen. J'aime les dialogues imagés, les formules alambiquées.

Découvrez également l'interview de Désert
sur le site Le repaire des motards

Le Repaire des Motards

©Marsu Productions 2005 - Informations légales